Top Social

Respire, Annie, respire

|


Titre : Respire, Annie, respire
Auteure : Miranda Kenneally
ISBN : 978-2-89662-565-9
Nombre de pages : 354
Éditeur : Éditions de Mortagne
Année de sortie : 2016

Synopsys :

Annie déteste la course à pied, et pourtant, elle s’inscrit à un marathon, une course de plus de 42 kilomètres. Elle le fait pour rendre hommage à Kyle, son petit copain des trois dernières années, qui vient tout juste de mourir et qui rêvait d’accomplir cet exploit.

Malgré les kilomètres qu’elle enfile, Annie ne parvient pas à chasser la culpabilité qui la ronge. Et si elle avait fait les choses différemment? Et si elle avait épousé Kyle? Et si elle ne l’avait pas laissé partir ce soir-là? Serait-il encore là? Ses courses sont de longues périodes d’introspection.

Lorsqu’elle rencontre Jeremiah, sa culpabilité est décuplée, car maintenant, il n’y a plus uniquement Kyle dans ses pensées…

Avis :

Un roman magnifique, lu en une soirée.

Dès les premières pages, j’étais sous le charme d’Annie, un personnage sensible et déterminé. Atterrée par la mort de Kyle, celle-ci s’est donné comme mission de faire un marathon en son honneur. Un pari risqué, lorsqu’on n’a jamais couru plus de quelques tours de piste.

Au fil des chapitres, on la suit dans sa progression sportive, on l’observe augmenter les distances, poussée par le désir de rendre Kyle fier d’elle.

Quiconque ayant foulé l’asphalte sur plus de quelques kilomètres sait que la course est un sport tout aussi mental que physique et saura apprécier cette détermination qu’à Annie à honorer la mémoire de Kyle malgré la douleur, les blessures et les doutes. L’écriture de Miranda Kenneally est si prenante que je me suis parfois surprise à encourager Annie lors de ses courses. #teamlespersonnagessontmesamis

De semaine en semaine, la course devient une forme de thérapie pour Annie. Son plan d’entraînement occupe de plus en plus ses pensées, laissant moins de place aux tristes souvenirs qui l’envahissent. Alors qu’on croit qu’elle fait tranquillement son deuil, elle rencontre Jeremiah, un coureur téméraire. Cette rencontre ne la laisse pas de glace, et la culpabilité qu’elle éprouve envers Kyle s’en trouve multipliée.

C’est très lentement que se tisseront entre eux des liens qui permettront, tant à l’un qu’à l’autre, de panser leurs blessures. Avec beaucoup de douceur, Jeremiah amènera Annie à dépasser ses limites et lui fera réaliser que si on ne prend pas de risque, on ne ressent jamais rien d’intéressant.


Je me suis très rapidement attachée à Jeremiah, ce personnage mystérieux aux multiples cicatrices, dont on ne sait que peu de choses, si ce n’est que ses parents l’ont mis à la porte et que son frère lui donne une seconde chance en l’embauchant. Dès sa première rencontre avec Annie, j’étais conquise par son sens de l’humour et de la répartie.

Bien que la trame du livre soit le deuil, Respire, Annie, respire demeure une histoire très lumineuse, pleine d’espoir. On assiste à la reconstruction d’Annie, qui peu à peu gagne en confiance et fait son deuil.

J’étais incapable de refermer le livre sans savoir si Annie allait se rendre au bout du parcours, surmonter la douleur physique et psychologique pour courir les kilomètres qu’elle s’imposait afin de se pardonner. Je dois l’avouer, je voulais surtout savoir comment allait progresser sa relation avec Jeremiah.

Bref, une superbe histoire d’amour, d’amitié et de relations familiales, qui m'a tenue éveillée une partie de la nuit.

Le petit plus? Les conseils de course glanés ici et là dans le roman et qui m’ont motivés à remettre mes chaussures de sport. 

♥ ♥ ♥  ♥ 

Pour en savoir plus sur mon système de notation, cliquez ici. 

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :
Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire