Top Social

Spring Girls

|





















Titre : Spring Girls
Auteure : Anna Todd
ISBN : 9782755636079
Nombre de pages : 471
Éditeur : Hugo Roman
Année de sortie : 2017


En toute transparence, je n’ai pas lu Les quatre filles du Docteur March, de Louisa May Alcott, dont Spring Girls est une réécriture transposée à notre époque. Je ne pourrai donc pas faire de comparaison entre les deux ouvrages. Je peux toutefois affirmer que la lecture du roman d’Anna Todd m’a grandement donné envie de lire ce classique (qui traine d’ailleurs quelque part dans ma bibliothèque).

Spring Girls met en scène une famille états-unienne dont le père est déployé à Kandahar, en Afghanistan, alors que la mère, Meredith, élève seule leurs quatre filles, Meg, Jo, Beth et Amy, sur la base militaire de Fort Cyprus, tout près de la Nouvelle-Orléans.

La narration est faite en alternance par les trois sœurs aînées, ce qui multiplie les personnages et rend un peu difficile la lecture au départ. Toutefois, dès que l’on se familiarise avec celles-ci, impossible de poser le livre.

Il s'agit d'un roman d’ambiance plus que d’action. Mais comme le quotidien d’une famille de quatre filles n’est pas de tout repos, il n’y a aucun temps mort entre les questionnements amoureux de Meg, les ambitions de Jo qui souhaite devenir journaliste et aller vivre à New York, le mystère qui entoure Beth et les colères d’Amy.

Bien que la narration soit menée par Meg, Jo et Beth, cette dernière se fait plutôt discrète dans le roman. Il aurait été chouette d’entendre davantage sa voix, tout comme celle de la cadette, qui semble si vive d’esprit.

Le fait que les personnages de Meg et Jo priment dans le roman n’était toutefois pas une déception, ces deux jeunes femmes diamétralement auraient pu à elles seules fournir suffisamment de contenu pour un roman fort intéressant.

Complémentaires, elles ont beaucoup à s’apprendre et à s’apporter, et c’est avec plaisir que j’ai regardé leur relation évoluée. J’ai même regretté, pendant un (très) bref moment, ne pas avoir eu de petite sœur. 
Moi? Mais toi aussi, princesse Meg. Désolée de me préoccuper du sort du monde alors que tout ce qui t’intéresse, c’est de te taper des mecs pour qu’ils t’épousent et satisfassent ton obsession de tarée. Alors vas-y, deviens femme au foyer, Meg, mais ne me fais pas la morale parce que je ne veux pas la même chose que toi!
Mais c’est toi qui me juges, Jo! Je n’ai pas envie d’être toute seule, d’accord? Et il n’y a rien de mal à ça. Tu es tellement obsédée par ton envie d’être une mademoiselle je-sais-tout que tu oublies ce qu’il y a de plus important dans le fait d’être une femme forte!
Et c’est quoi? Vas-y, éclaire un peu ma lanterne! je lui réponds en criant.
Le choix, Jo! C’est mon choix de femme. Si j’ai envie de devenir une mère très impliquée dans ma vie de famille et dans ma vie de quartier, à organiser des promenades du dimanche, c’est mon putain de choix! Je peux faire tout ce que je veux!


J’ai l’impression que je pourrais parler de ce roman encore et encore. Il s’agissait de ma première lecture de 2018, et c’était parfait. Un récit du quotidien qui m’a donné envie de me plonger dans un grand classique de la littérature américaine.

 

Pour en savoir plus sur mon système de notation, cliquez ici


Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire