Top Social

L'école du style

|















Titre : L’école du style
Auteure : Diana Bélice
ISBN : 9782897237486
Nombre de pages : 250
Éditeur : Hurtubise
Année de sortie : 2016

Il serait mentir que de dire que je n’avais pas une certaine appréhension en choisissant de lire L’École du style : Glamour, projecteurs et histoires de cœur, de Diana Bélice. En toute franchise, le thème peut inspirer une certaine superficialité. C’est donc agréablement surprise que j’ai tourné les pages de ce roman jeunesse, me félicitant d’avoir plongé malgré la page couverture qui me freinait initialement.

Ce livre aurait été parmi mes favoris si je l’avais découvert à la préadolescence. La prémisse n’est pas sans rappeler celle de tout bon film pour adolescents : du jour au lendemain, Olivia, 14 ans, une adolescente tout ce qu’il y a de plus ordinaire, se fait découvrir par une agence de mannequinat alors qu’elle est à l’épicerie. Elle qui n’avait jamais rêvé d’être mannequin accepte de prendre part à l’expérience uniquement, car elle rêve de voyager, et que sa mère, monoparentale, ne peut se permettre le prix des billets d’avion.

Aussitôt le contrat signé, elle se retrouve à Londres pour son premier défilé. Elle constatera assez rapidement que si les voyages sont l’un des avantages d’une carrière de mannequins, le milieu, lui, n’est pas toujours aussi extraordinaire. Jalousie et compétition sont aux rendez-vous.
L’auteure, qui a elle-même été mannequin, propose une version quelque peu édulcorée du milieu de la mode. Elle en propose aussi une image plus saine, à commencer par cette agence qui découvre Olivia, se spécialisant dans la diversité corporelle.

Le livre, qui cible principalement les jeunes filles, véhicule de nombreux messages positifs à propos de l’image corporelle. Il invitera certainement les lectrices à réfléchir à l’univers de la mode tel qu’il est, et à observer d’un œil critique ce qu’elles voient dans les magazines et sur les médias sociaux.

Bien que le livre plonge les lectrices dans un univers très glamour, le côté humain, relationnel, prime sur les paillettes et les défilés. La relation entre Olivia et sa mère est des plus réaliste, et il va sans dire que de nombreuses adolescentes s’y reconnaîtront. Mention spéciale à l’histoire d’amour qui se développe lentement entre Olivia et Alonso, relatant parfaitement le lot de questionnement et les émotions qui accompagnent le premier amour.

Le deuxième tome est tout aussi captivant, et pour être bien honnête, bien que le livre s'adresse à un public beaucoup plus jeune que moi, j'ai très hâte de mettre la main sur le troisième tome!


    1/2

Pour en savoir plus sur mon système de notation, cliquez ici. 

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire