Top Social

Les belles

|






















Titre : Les belles
Auteure : Dhonielle Clayton
ISBN : 9782221215937
Nombre de pages : 470
Éditeur : Robert Laffont
Année de sortie : 2018

Au mois de février, j’ai eu le bonheur de recevoir la 100e parution de Collection R, chez Robert Laffont, Les Belles, puisque je fais partie des Lecteurs R Canada.

C’est pourquoi je recevrai chaque mois les nouveaux titres, jusqu’à l’automne prochain. (Pour voir mes autres avis, c’est ici et ici.)

Revenons au roman Les Belles. De toutes les parutions de la Collection R, c’est sans doute l’un des titres que j’attendais avec le plus d’impatience. Dans le monde d’Orléans, tous naissent gris, sauf les Belles. Celles-ci ont aussi le pouvoir de transformer les gens et de les rendre beaux, temporairement, moyennant certaines sommes d’argent.

Évidemment, dans ce monde où tout est gris, le culte des apparences est à son apogée : la beauté témoigne du statut social, les plus riches pouvant se permettre le plus d’interventions de la part des Belles.

Une nouvelle génération de Belles s’apprête à être introduite au peuple. C’est aussi, par conséquent, le moment pour la famille royale de choisir une nouvelle favorite, la Belle qui sera responsable des membres du clan.

Camélia Beauregard, comme toutes ses sœurs, les autres Belles, convoite ce poste avidement. Elle réalisera rapidement que le rôle de favorite est loin d’être un rêve… c’est plutôt un cauchemar : les portes du palais renferment de terribles secrets.

Ce monde créé par Dhonielle Clayton m’a pris un moment à apprivoiser. C’est un univers dense, et même après plusieurs chapitres, j’avais l’impression qu’il y avait plusieurs zones grises, plusieurs questions sans réponse. L’univers n’était pas sans rappeler La sélection, ma série fétiche chez Collection R. La royauté, les mystères, l’opulence, la formule est plutôt gagnante.

Les thèmes abordés, notre relation avec la beauté, jusqu'au devrait-on aller pour des considérations esthétiques, l'importance de cultiver sa différence, sont d'actualités, et promettent quelques réflexions.

Niveau personnage, c’est bien joué aussi. Le personnage principal, Camélia n’a pas froid aux yeux et est une héroïne forte, par contre, j’y ai préféré le personnage de Sophia, flamboyant, intense, effrayant.

Le roman est une belle introduction à cet univers, et il me tarde d’en lire davantage. J’aurais tout de même préféré davantage de structure, car même une fois ce premier tome de la série terminé, l’histoire des Belles et d’Orléans est plutôt floue.

À lui seul, le roman me laisse un peu sur ma faim, en raison des multiples questions laissées sans réponse. Du début à la fin, l’auteure ouvre d’innombrables portes, mais ne nous laisse pas explorer ce qui se trouve derrière, ce qui eut pour effet, à certains moments, de me faire décrocher de ma lecture, car bien qu’il y eût des tonnes d’action et de nouveaux éléments à chaque chapitre, aucune des intrigues ne semblaient se boucler. Le rythme s’installe toutefois à la fin du roman, et on se retrouve accrocher, impatient d’en savoir plus sur les Belles et Orléans.

Espérons que le tome 2 pourra satisfaire ma curiosité à ce niveau. Bien que Les Belles présente certaines lacunes, il nous entraîne dans un univers résolument intriguant, et j’ai espoir que la série ira en se bonifiant.

 ♥ ♥ 

Pour en savoir plus sur mon système de notation, cliquez ici

Un grand merci à Collection R pour le service de presse!

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire