Top Social

Les gammes

|





















Titre : Les gammes     
Auteure : Christine Daffe
ISBN : 978-2-924568-31-6
Nombre de pages : 175
Éditeur : À l’étage
Année de sortie : 2017

Un professeur de violon est victime d’une tentative de meurtre à l’Université de Montréal. L’évènement plonge Faustine Favreau, qui travaille aussi à la faculté de musique, dans les souvenirs de son adolescence.

Alors que l’enquête est menée, elle évite le corps policier, qui la soupçonne rapidement de détenir des informations essentielles…

Malgré la prémisse qui peut évoquer un rythme rapide, voir un roman poursuite, c'est un aura calme, plein de douceur, qui se dégage du roman de Christine Daffe, peut-être en raison de la nostalgie qui imprègne les pensées de Faustine alors qu’elle se remémore son adolescence.

Âgée de seulement quatorze ans, celle-ci avait eu une relation avec un homme âgé de 20 ans de plus qu’elle. 
Dans la foulée des dénonciations qui ont eu lieu dans les derniers mois et du mouvement Me Too, c’est immanquable, on se questionne à savoir si Faustine est une victime, alors qu’elle ne se perçoit pas comme une. 

Peut-on parler d’agression alors que l’adolescente a consenti à un adulte pourtant beaucoup plus vieux qu’elle, peut-on parler de viol si la femme qu’elle est devenue garde des souvenirs positifs de cet évènement? À partir de quel âge est-on apte à consentir? L’auteure présente ici une situation complexe, sur laquelle il est parfois difficile de trancher, vu la façon dont le personnage principal relate ses souvenirs. Un point de vue intéressant, rare sur la question.

À travers cet évènement, Christine Daffe nuance, dans ce petit roman (tout juste 175 pages), un sujet d’actualité, sans jamais le banaliser. 

S’entremêlent, à l’enquête et au passé de Faustine, des bribes d’une relation tordue entre cette dernière et sa mère. La narration, souvent à demi-mot, m’a laissée plutôt insatisfaite sur ce plan. J’aurais aimé que l’auteure approfondisse un peu cette relation, tout comme celle qu'entretenait Faustine avec son ancien amoureux, lui qui, bien que prenant part au quatuor de personnages principaux, se fait très discret.

L’univers de la musique classique, omniprésent, accompagne délicieusement l’écriture de l’auteure, qui a quelque chose de très rythmique, et accentue la grande sensibilité qui émane du récit.

Une lecture intéressante, qui m’a hanté plusieurs jours après l’avoir terminée, me questionnant sur qui, du quatuor qui compose le roman, avait raison.

   

Pour en savoir plus sur mon système de notation, 
cliquez ici

Un grand merci à l’auteure, Christine Daffe, pour le service de presse!

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire