Top Social

Mon meilleur ami, mon confident

|




















Titre : Mon meilleur ami, mon confident
Auteure : Rachel Cameron
ISBN : 978-2-89699-596-7
Nombre de pages : 207
Éditeur : Interligne
Année de sortie : 2018


Il y a une semaine ou deux, j’ai eu le plaisir de trouver une petite surprise dans ma boîte aux lettres : Mon meilleur ami, mon confident, publié aux éditions L’Interligne. Je dois avouer que j’ai un petit faible pour les services de presse surprises, qui m’ouvrent à de nouveaux horizons.

Ici, la surprise fût double, car non seulement je ne m’attendais pas à le recevoir, mais aussi, je ne m’attendais pas à lire un livre pour adolescent-es, vu le titre et la couverture, qui m’inspiraient davantage un premier roman. L’adage Il ne faut pas juger un livre à sa couverture s’avérait ici exact, puisque Mon meilleur ami, mon confident, s’est avéré un roman très agréable, bien que parfois un peu inégal.

La prémisse est intéressante : Alena quitte San Francisco, où elle habite avec ses parents, pour aller passer sa dernière année du secondaire chez sa grand-mère, qui vit à New York. 

Là-bas, elle renoue rapidement avec Lucas, un ami d’enfance, en plus de tisser des liens avec un groupe de filles dès la rentrée.

Bien qu’elle ait toujours un petit ami à San Francisco, elle tombe rapidement sous le charme d’Austin, le capitaine de l’équipe de football. Faisant fi des lettres anonymes la mettant en garde contre ce dernier, elle commence à fréquenter le garçon populaire. Progressivement, les rumeurs sur Austin feront toutefois douter Alena du jeune homme. Est-il vraiment le garçon qu’il prétend être?

Le roman est digne d’un film américain pour préadolescents. Certaines situations sont prévisibles, mais on les découvre avec bonheur, car l’auteure nous entraîne exactement là où l’on espérait aller. L’héroïne, par sa grande maturité et ses réflexions, est très attachante. Bien que l’auteure s’adresse davantage au 10 à 14 ans, elle m’a séduite avec son roman, que j’ai lu très rapidement. Je devais toutefois garder en tête qu’il s’agissait d’un roman écrit par une adolescente de 16 ans, pour passer par-dessus quelques moments un peu inégaux dans le roman, comme la fin, par exemple, qui m’a laissé plutôt perplexe, tant elle contraste avec le reste du roman. Sans être désagréable, cette partie manque légèrement de fluidité. 


Une fois la dernière page tournée, j’ai d’ailleurs trouvé qu’il manquait d’emphase sur Lucas, le meilleur ami d’Alena, particulièrement vu le titre et la façon dont le roman se conclut. 

Malgré quelques maladresses et une narration par moment légèrement mécanique, un avenir prometteur en littérature jeunesse s’offre à cette jeune auteure, et je suivrai avec attention ces prochaines publications. 

   1/2

Pour en savoir plus sur mon système de notation, 
cliquez ici

Un grand merci aux éditions l'Interligne, pour le service de presse!

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire