Top Social

Fanny Cloutier ou l'année où j'ai failli rater mon adolescence

|




















Titre : Fanny Cloutier
Auteure : Stéphanie Lapointe
ISBN : 978-2-89657-418-6
Nombre de pages : 368
Éditeur : Les Malins
Année de sortie : 2018

Vendredi dernier, j’ai décidé de parcourir les trois heures de route qui me sépare de Québec pour me rendre au Salon du livre de Québec. Moi qui déteste les foules, j’ai bravé la mer de monde pour rencontrer auteurs, collègues blogueurs et éditeurs, en plus de me mettre à jour sur les dernières sorties littéraires.

Pendant ma visite, j’ai eu la chance d’échanger brièvement avec Stéphanie Lapointe, l’auteure de Fanny Cloutier ou l’année où j’ai failli rater mon adolescence (qui pourrait se nommer alternativement Fanny Cloutier : le roman qui sera difficile à détrôner dans le palmarès de mes romans jeunesses favoris.) L'auteure était très en demande (je comprends pourquoi), et j’ai donc fait la file par deux fois simplement pour lui mentionner à quel point j’avais aimé son roman.

(Ça en valut la peine : j’ai eu droit à quelques scoops sur le deuxième tome de Fanny Cloutier! Par contre, je serai une tombe, si vous voulez en savoir plus, il faudra aller la rencontrer en Salon du livre, ou attendre patiemment que la suite sorte cet automne.)

Le roman, donc, est un hybride de journal intime et de scrapbook, dans lequel Fanny Cloutier relate ses déboires de fille de quatorze ans. Il faut dire que sa vie n’est pas banale : son père lui annonce qu’il part vivre au Japon… sans elle! Elle se retrouve donc dans la ville de Sainte-Lorette, chez de la parenté qu’elle ne savait même pas avoir. Bien qu’il s’agisse d’un drame monumental pour la jeune fille, tout ça n’est vraiment qu’un prétexte pour se plonger au cœur de l’adolescence, des questionnements et des malaises, des amitiés et des amours.

Les Malins ont vraiment réussi un tour de force avec ce titre. L’histoire est accrocheuse, mais c’est vraiment la mise en page, agrémentée des illustrations de Marianne Ferrer, qui propulse le livre à un autre niveau. Chaque page du livre est plus belle que la précédente, c'est coloré, vivant, drôle avec une petite pointe d'ironie : bref, c'est vraiment une ode à l'adolescence.

Dans un langage vivant, poétique, Stéphanie Lapointe signe un texte empreint d’une grande sensibilité. Bien que l’ensemble soit plutôt ludique, le récit est intelligent et réfléchi. Abordant des sujets comme l’intimidation, le deuil, l’ouverture d’esprit, et faisant souvent appel à l’empathie du lecteur, il est certain que Fanny Cloutier ou l’année où j’ai failli rater mon adolescence ne laissera personne indifférent, pas même les lecteurs qui ont depuis longtemps quitté la tranche d’âge du public cible pour ce roman.

Ce roman marquera certainement la littérature jeunesse, tant par son contenu que son contenant : chapeau bas à Stéphanie Lapointe, Marianne Ferrer, et toute l’équipe de chez Les Malins!


  ♥ ♥ ♥

Pour en savoir plus sur mon système de notation, cliquez ici.


Merci à l'équipe de chez Les Malins pour le service de presse!

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire