Top Social

Mon midi mon minuit

|



















Titre : Mon midi mon minuit
Auteure : Anna McPartlin
ISBN : 9782749154886
Nombre de pages : 394
Éditeur : Cherche midi
Année de sortie : 2018

Le risque, lorsqu’une auteure nous chavire avec un premier roman, est d’être déçue à la lecture de son deuxième ouvrage, bien souvent en raison d’attentes démesurées.

Est-ce que mon avis sur Mon midi mon minuit est biaisé par le coup de cœur incroyable que j’ai eu pour son premier roman, Les derniers jours de Rabbit Hayes? Peut-être légèrement. Il faut dire que ce premier roman se méritait la palme du livre m’ayant le plus fait pleurer, et de loin. (Un vrai déluge, une crise de larmes qui m’a contrainte à arrêter ma lecture parce que je ne voyais plus rien, et qui a fait gondoler les pages de mon livre, imbibés de larmes. Je le jure.)

Bref, visiblement, Anna McPartlin sait comment faire vivre de grandes émotions. Et pourtant, Mon midi mon minuit m’a laissé plutôt de marbre. La lecture est agréable, certes, on ne peut retirer à l’auteure son talent à rendre intéressantes les banalités du quotidien. Mais mis à part quelques sourires, cette fois-ci, elle n’a pas réussi à m’émouvoir.

Il n’était pas désagréable de suivre le cheminement d’Emma aux suites du décès de John, son amoureux depuis toujours : les mots de McPartlin sont un doux rappel que le bonheur peut surgir même dans les moments les plus sombres, une jolie histoire d’amitié. 

Toutefois, le roman progresse sans aucune tension, on nous présente ni plus ni moins un enchaînement de moments partagés par un groupe d’amis. Les différents personnages ont du potentiel, mais les clichés sont présents et rendent prévisibles la plupart des petites intrigues qui ponctuent le roman. Tout l’aspect romantique du roman, notamment, est plutôt forcé. Bref, on est loin de la puissance émotionnelle de Les derniers jours de Rabbit Hayes.

Une lecture correcte, puisque la plume de l’auteure est sympa et que les thèmes abordés rejoindront nécessairement pas mal de lecteurs, mais à laquelle je préférerai cent fois plutôt qu’une le premier roman de l’auteure, puisque l'histoire présenté ici reste somme toute banale. 


    

Pour en savoir plus sur mon système de notation, cliquez ici.

Merci à Interforum pour le service de presse!

Procurez-vous le livre via le site leslibraires.ca :


Be First to Post Comment !
Enregistrer un commentaire